La FTC poursuit pour bloquer la vente de Harry au propriétaire de Schick Edgewell

Par ALEXANDRA OLSON

Les régulateurs fédéraux de la concurrence affirment qu’un projet de fusion qui combinerait la société de rasage à l’ancienne Schick avec le nouveau venu de Harry finirait par coûter de la peau aux consommateurs.

La Federal Trade Commission a poursuivi lundi pour bloquer l’acquisition de Harry’s par Edgewell Personal Care Co. pour 1,37 milliard de dollars, qui devait être finalisée cette année. La FTC fait valoir que le rapprochement de deux grandes marques de rasage nuirait à la concurrence.

Schick, d’Edgewell, est le deuxième fabricant de rasoirs aux États-Unis, derrière Gillette. Les deux marques ont été obligées de réduire les prix et de revoir leurs stratégies de marketing au cours des dernières années en réponse à l’essor de Harry et de son rival Dollar Shave Club, qui ont tous deux commencé en tant que marques numériques directes au consommateur.

“La perte de Harry’s en tant que concurrent indépendant éliminerait un rival perturbateur critique qui a fait baisser les prix et stimulé l’innovation dans une industrie qui était auparavant dominée par deux fournisseurs principaux, dont l’un est l’acquéreur”, a déclaré la FTC.

Harry’s, basé à New York, qui s’est développé pour vendre ses produits chez Target et Walmart, avait espéré capitaliser sur les grands canaux de distribution d’Edgewell et la technologie des lames de Schick. Edgewell, qui a eu du mal à renverser les ventes en baisse de Schick, avait espéré tirer parti de la base de marketing direct de Harry et de son savoir-faire numérique.

Les co-fondateurs de Harry, Jeff Raider et Andy Katz-Mayfield, ont déclaré lundi qu’ils étaient déçus par le procès et évalueraient leurs prochaines étapes.

“Nous croyons fermement que la société issue du regroupement fournira des marques et des produits exceptionnels à un prix avantageux”, ont déclaré Raider et Katz-Mayfield dans un communiqué conjoint.

Le PDG d’Edgewell, Rod Little, a déclaré que son entreprise répondrait au procès «en temps voulu».

Raider et Katz-Mayfield, qui sont sur le point de devenir co-présidents des opérations américaines d’Edgewell dans le cadre de l’accord, ont déclaré que Harry resterait une marque distincte après la fusion, notamment en s’en tenant à ses prix compétitifs.

Mais l’acquisition avait soulevé des questions parmi les analystes de Wall Street sur la façon dont deux marques de rasage concurrentes existeraient sous la même société mère sans se nuire.

Les actions d’Edgewell ont augmenté de 13,4% lundi. L’entreprise, basée à Shelton, Connecticut, possède également les marques Banana Boat, Hawaiian Tropic, Playtex et Carefree.

Au cours des dernières années, d’autres grandes sociétés de biens de consommation ont acheté des nouveaux arrivants à la mode.

Unilever a acheté Dollar Shave Club pour 1 milliard de dollars en 2016. Cependant, contrairement à Edgewell, Unilever n’avait pas auparavant de marque de rasage majeure. En 2018, le propriétaire de Gillette, Procter & Gamble Co., a acheté Walker & Co. Brands, propriétaire de Bevel, une marque de rasage et de soins de la peau destinée aux hommes afro-américains. Bevel, cependant, fabrique un rasoir de sécurité à double tranchant qui est une niche dans l’industrie du rasage.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.