Le régulateur irlandais sonde Google et Tinder sur le traitement des données

Les régulateurs irlandais ont lancé des enquêtes distinctes sur Google et l’application de rencontres Tinder sur la façon dont ils traitent les données des utilisateurs, dans une nouvelle série de contrôles réglementaires destinés aux entreprises technologiques.

La Commission irlandaise de la protection des données a déclaré mardi qu’elle avait décidé d’examiner la façon dont Google traite les données de localisation après qu’un certain nombre de groupes de consommateurs dans l’Union européenne aient déposé une plainte.

La commission a ouvert une enquête sur la filiale irlandaise de Google afin de déterminer si le géant américain de la recherche “a une base juridique pour le traitement des données de localisation de ses utilisateurs” et s’il respecte les obligations de transparence en vertu du règlement général strict de l’UE sur la protection des données ou du RGPD.

Google “coopérera pleinement avec le bureau de la Commission de protection des données dans son enquête et continuera à travailler en étroite collaboration avec les régulateurs et les associations de consommateurs à travers l’Europe”, a indiqué la société dans un communiqué. «Au cours de la dernière année, nous avons apporté un certain nombre de modifications à nos produits pour améliorer le niveau de transparence des utilisateurs et le contrôle des données de localisation.»

Le régulateur enquête également sur Tinder après que des personnes en Irlande et ailleurs dans l’UE aient exprimé leurs préoccupations concernant les problèmes liés au «traitement en cours des données personnelles des utilisateurs» par Match Group, société mère américaine, liés à Tinder, à la transparence et au respect du RGPD.

«La transparence et la protection des données personnelles de nos utilisateurs sont de la plus haute importance pour nous», a déclaré Match Group. «Nous coopérons pleinement avec la Commission de protection des données et continuerons de respecter le RGPD et toutes les lois applicables.»

La Commission irlandaise de la protection des données est le principal régulateur de l’UE pour les deux sociétés, car leur siège européen est basé à Dublin. En vertu du RGPD, les régulateurs peuvent infliger des amendes aux entreprises jusqu’à 20 millions d’euros, soit 4% du chiffre d’affaires mondial, le montant le plus élevé étant retenu, pour toute infraction ainsi que pour exiger des modifications afin de respecter la loi.

La commission a maintenant un total de 23 enquêtes sur les grandes entreprises technologiques américaines, qui incluent également Facebook et Twitter. L’année dernière, il a lancé une enquête distincte sur Google concernant la publicité en ligne personnalisée

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.