Etihad d’Abu Dhabi, en difficulté depuis longtemps, vend 38 avions pour 1 milliard de dollars

Par JON GAMBRELL

Etihad Airways d’Abu Dhabi, en difficulté depuis longtemps, a annoncé mardi qu’elle vendrait 38 avions à une société d’investissement et à une société de crédit-bail dans le cadre d’un accord évalué à 1 milliard de dollars, la dernière mesure de réduction des coûts prise par les Émirats arabes unis. «transporteur national.

Etihad a annoncé qu’il vendrait 38 appareils – 22 Airbus A330 et 16 Boeing 777-300ER – dans le cadre de l’accord avec la société d’investissement KKR et la société de leasing Altavair AirFinance. KKR a déclaré que les Boeing 777-300ER seraient «loués à nouveau à Etihad lors de leur achat début 2020», tandis que les Airbus A330 iront à des clients internationaux.

Etihad a décrit cette décision comme étant conforme à «la troisième année de son programme de transformation».

“L’accord nous offre de la flexibilité tout en nous assurant de respecter nos objectifs de développement durable et de maintenir une flotte d’avions les plus économes en carburant et les plus avancés sur le plan technologique”, a déclaré la compagnie aérienne dans un communiqué.

Le site Web d’Etihad se présente comme ayant une flotte de 102 avions. Il ne répertorie plus ses A330 dans sa flotte, ayant déclaré qu’il commencerait à supprimer ces appareils. Les 16 Boeing 777 qu’il revendra et louera représenteront 15% de sa flotte actuelle.

Depuis 2016, Etihad a perdu un total de 4,75 milliards de dollars, car sa stratégie d’achat agressif de participations dans des compagnies aériennes d’Europe vers l’Australie pour concurrencer Emirates et son rival Qatar Airways a exposé la société à des pertes importantes.

Etihad a perdu 1,28 milliard de dollars en 2018. Il n’a pas encore publié ses résultats pour 2019.

Depuis 2016, elle a lancé une initiative de réduction des coûts et a récemment annoncé qu’elle restructurerait les achats d’avions prévus d’Airbus et de Boeing.

La compagnie aérienne a déclaré des revenus de 5,86 milliards de dollars en 2018, contre 6 milliards de dollars en 2017. Elle a volé 17,8 millions de passagers l’année dernière, contre 18,6 millions l’année précédente.

Auparavant, Etihad avait déclaré des pertes de 1,52 milliard de dollars pour 2017 et de 1,95 milliard de dollars en 2016. Il a imputé «les conditions de marché difficiles et les effets d’une augmentation des prix du carburant» en partie à la perte de 2018.

Les dirigeants d’Abou Dabi ont lancé Etihad en 2003, en concurrence avec le transporteur en place appartenant au gouvernement de Dubaï, Emirates, qui vole depuis l’aéroport international de Dubaï à seulement 115 kilomètres (70 miles). En 2018, Etihad a commencé à prêter des pilotes à Emirates dans le cadre d’un nouveau programme.

Emirates et Etihad ont vu leurs affaires affectées par les interdictions de voyager imposées par le président Donald Trump aux pays à majorité musulmane. C’est même avec l’aéroport international d’Abu Dhabi ayant une installation de précontrôle des douanes et de la protection des frontières des États-Unis, permettant aux passagers arrivant en Amérique de partir immédiatement. C’est la seule installation de ce type au Moyen-Orient.

Les deux compagnies aériennes sont des transporteurs publics aux Émirats arabes unis, une fédération de sept cheikhs de la péninsule arabique. Les deux sont en concurrence sur le marché des transporteurs long-courriers, en utilisant à leur avantage l’emplacement de leur pays entre l’Est et l’Ouest.

Les deux compagnies aériennes ont continué à voler vers la Chine au milieu de l’épidémie en cours du nouveau coronavirus, alors même que d’autres compagnies aériennes occidentales et arabes s’arrêtaient. Lundi, les autorités de l’aviation civile des EAU ont interrompu tous les vols à destination de la Chine, à l’exception de ceux à destination de Pékin.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.